Demande de partenariat avec le réseau de la Fondation Anna Lindh

OBJET 1 : « Sauvez la Méditerranée » avec une CIRCUM-MEDITERRANEA pour enrayer le cauchemar des tragédie en cours,
OBJET 2 : Demande de partenariat avec le réseau de la Fondation Anna Lindh
Esther FOUCHIER, Présidente de Forum Femmes Méditerranée, à Marseille,
Esther FOUCHIER, Présidente de Forum Femmes Méditerranée, à Marseille,

Saint-Jean d’Angély, samedi 4 août 2018

 

Madame la Présidente Esther FOUCHIER, chères amies,

Si vous n’aviez pas été l’association référente pour la France de la Fondation euro-méditerranée Anna Lindh, probablement ne nous serions-nous jamais connus. Pour cette raison, nous souhaitons établir une collaboration partenaire autour d’une CIRCUM-MEDITERRANEA avec le Forum Femmes Méditerranée, votre association établie à Marseille, Justement à Marseille, ville d’où nous avions décidé le départ de ces deux courses en relais pédestre, il y a quelques années, boucle dont nous ne verrons probablement pas la jonction avant longtemps, à moins de quelques bouleversements positifs, voire miraculeux, en Syrie, en Turquie, en Libye, etc

Tout prend du temps et n’est jamais simple le démarrage de grands projets qui exigent « un large consensus » pour se mettre en œuvre,. Il requiert de grosses doses de persévérance, des remises en cause périodiques sans jamais cesser d’en approfondir les connaissances et les objectifs, en les confrontant à l’actualité qui nous interpelle constamment. Vous pourrez le constater en découvrant les différents courriers liés.

Voilà pourquoi nous vous rappelons celui que nous avions adressé le 6 janvier 2016 (ci-joint, en même temps que ceux envoyés aux Présidents de l’Algérie et de la Tunisie, au roi du Maroc, via son Consul rencontré à Bordeaux). 1 Parallèlement, vous voudrez bien trouver également joint, le courrier que nous venons d’adresser le 13 juillet à Madame Élisabeth Guigou (Présidente de la Fondation Anna Lindh) et à Monsieur Nasser Kamel (Secrétaire Général de l’Union pour la Méditerranée). A leur lecture, vous comprendrez l’essentiel de la demande pour laquelle nous vous sollicitons : que ce soit une simple demande de transmission à la FAL pour qu’un partenariat efficace puisse s’établir en lien avec l’UPM ou, carrément, qu’une collaboration plus étroite s’instaure entre nous pour relayer à l’ensemble du réseau des pays concernés, avec l’Italie et l’Espagne, pour commencer. Puis, si les développements s’effectuent comme prévus : avec le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, d’un côté, avec l’Albanie et la Grèce, de l’autre.

Pour approfondir cette ambitieuse action fédératrice que nous proposons, dans un contexte plus large et à l’échelle des enjeux européens et des droits de l’homme (et de la femme) qui nous préoccupent, vous prendrez connaissance des courriers accompagnés de la même feuille de route, que nous venons d’envoyer à Mesdames Béatrice Angrand … Brigitte Macron … Angela Merkel … Federica Mogherini … ainsi qu’à Messieurs Fabien Chevalier … Jean-Dominique Giuliani … Philippo Grandi … Jose Graziano Da Silva … Antonio Guterrez … Thorbjorn Jagland … Jean-Claude Juncker … Karl-Heinz Lambertz … Jean-Yves Le Drian … Enrico Letta … Emmanuel Macron … Édouard Philippe … Antonio Tajani … Donald Tusk, et au Général Jürgen Weigt (parce qu’une protection nous sera indispensable). Tous ces courriers sont en ligne ce blog (1).

En consultant votre site, nous avons noté vos propres objectifs, essentiellement tournés vers la promotion et la protection des femmes (et ce n’est pas le travail qui vous manque encore) … de même, en parcourant votre long entretien du 23 mai 2013, nous avons compris que nous sommes bien en phase, que tout y est, à part que les problématiques migratoires et les souffrances aiguës de certaines populations ont pris des proportions qui ne peuvent plus nous laisser indifférents, nous obligeant à taire nos impuissances en allant un peu plus loin, en composant avec l’existant.

Il n’est donc pas question de vouloir refaire ce monde trop vaste, trop injuste et devenu trop complexe, mais d’agir en fonction des axes que nous nous sommes donnés, avec les acquis dont nous avons nous-mêmes hérité, autour d’espaces de dialogues et de rencontres par le biais de l’ESS, de dynamiques citoyennes et de projets, que vous pratiquez vous-mêmes déjà. Si, en mobilisant le foisonnement d’initiatives qui s’expriment actuellement un peu partout, cette démarche peut déboucher en plus sur une « insurrection des consciences » et « une révolution fraternelle », et bien tant mieux … nous verrons bien.

Entre local et global, encore sur la reprise du large « consensus » recherché, nous ne sommes toujours pas en mesure de mettre le turbo mais, dès que possible, nous ferons plus ample connaissance. Dans l’immédiat, nous allons nous inscrire et remplir la fiche qui est sur le site de la Fondation Anna Lindh pour rejoindre les 400 et quelques associations qui y figurent déjà, en espérant que ce premier pas sera validé.

En attendant de mieux vous connaître et de pouvoir échanger pour avancer, Recevez, Madame la Présidente, chères amies, nos fraternelles salutations et solidaires.

Gabriel DELICOURT
Président du Marathon JOB-EUROPA
Président du PTCE en Vals de Saintonge
Président de la Coopérative “La petite graine”
Président de la Cagnotte solidarité emploi de St-Jean d’Angély

 

Ref 1 : Vous remarquerez que certains courriers (à Emmanuel Macron, à Édouard Philippe, à Jean-Yves Le Drian, etc), font suite à d’autres déjà envoyés un an plus tôt (en ligne sur le même site). Mais face aux circonstances et devant les difficultés à être écoutés par le Gouvernement français, nous avons été contraints de nous adresser à la gouvernance européenne et à l’Organisation des Nations Unies (FAO, HCR), pour contourner cette culture du découragement souvent réservée à la Société civile. Via des pistes alternatives, nous refusons la complicité passive de telles tragédies.

 

 

Le sentiment que l’homme supporte le plus difficilement est la pitié, surtout quand il la mérite.

Honoré de Balzac

image_pdfImprimer

De Gabriel Delicourt

Courrier à l’attention de

Contacter Gabriel Deliourt
tél : 06 42 82 27 10

Consultez les archives