C’est l’Europe qu’on assassine !

OBJET 1 : C’est l’Europe qu’on assassine ! … Pour une insurrection des consciences avec une TRANS-EUROPA et une CIRCUM-MEDITERRANEA
OBJET 2 : Demande de soutien et de labellisation
Jean-Dominique GIULIANI, Président de la Fondation Robert Schuman, à Paris
Thorbjørn JAGLAND, secrétaire général du Conseil de l’Europe.

Saint-Jean d’Angély, mardi 17 juillet 2018

 

Monsieur le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe Thorbjørn JAGLAND,

Nous ne sommes que quelques uns parmi les 820 millions des ressortissants des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe dont vous assumez la gouvernance, et il apparaît évident que nous ne pourrons jamais vous rencontrer, tant vous êtes accaparé et sollicité par « les grands de ce monde », pas plus que vous ne lirez ce courrier, parce que plusieurs centaines d’autres ressortissants vous écrivent chaque jour, traités par vos collaborateurs.

Le 5 mai 1949, lors de la fondation du Conseil de l’Europe par le Traité de Londres, nous étions des enfants (vous-même n’étiez pas né) et, entre temps, chacun a effectué son parcours de vie en suivant l’actualité jusqu’à maintenant, en 2018, avec ses hauts, ses bas, ses trahisons et ses tragédies. 1 Depuis bientôt 70 ans, au fur et à mesure des diverses vicissitudes qui affectaient notre communauté humaine, un très grand nombre de conventions et de protocoles ont été signés dans le cadre du Conseil de l’Europe. Nous venons d’en relire une bonne partie. Ils constituent souvent un catalogue de recommandations, de dispositions et de réglementations spécifiques correspondant à des situations données. Nous constatons qu’elles n’ont en rien enrayé l’augmentation des inégalités sociales, des fractures territoriales et du déficit des États (1), laissant en parallèle les richesses produites de plus en plus accaparées par une minorité de milliardaires (cf. les derniers rapports OXFAM) … dans le même temps, elles n’ont pas empêché l’évasion fiscale d’atteindre des sommes vertigineuses (en centaines de milliards), au détriment des États et du bonheur de leurs peuples (cf. le courrier du 13 juillet à Jean-Claude Juncker).

L’Europe en graves dangers … les Droits de l’homme bafoués

Qui plus est, nous ne vous apprendrons rien sur les conséquences des guerres et des différents conflits au Moyen Orient et en Afrique, qui ont généré toutes sortes de misères et de drames de masse ayant entraîné des problématiques migratoires depuis plusieurs années.

D’une part, ces tragédies récurrentes en Méditerranée interpellent la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour faire la lumière sur ces dizaines de milliers de morts et de disparus (2).

Comme l’autorise la Cour, plusieurs associations (notamment espagnoles) ont porté plainte pour non- assistance à personnes en danger, mais nous savons bien que ces plaintes seront irrecevables, les pays responsables concernés ne faisant pas partie des États membres du Conseil de ‘Europe et signataires. Qui plus est, l’Italie et Malte, en décidant de ne plus accueillir les bateaux, refusent tout simplement de souscrire aux accords de Dublin en n’étant plus solidaires. Seuls face au flot de migrants pendant des années et aux conséquences progressivement négatives sur leur fonctionnement, l’Europe était-elle solidaire ? D’autre part, face à l’impuissance à solutionner ces problématiques migratoires sur le fond, elles ont divisé les opinions publiques, en cristallisant une partie de plus en plus séduite par un discours populiste, nationaliste et europhobe, mettant aujourd’hui l’Europe en grave danger (cf. le Brexit et le dernier vote de l’Italie). Nous avons donc tout à craindre des conséquences du vote du 28 mai 2019 pour les prochaines élections européennes.

L’Europe est une pensée qui, au fil des décades, devait devenir un sentiment. C’est d’autant plus raté que, au contraire, son rejet s’est installé, et comme dans toute Démocratie, « logiquement » c’est le peuple qui, par son vote, aura le dernier mot.

Opportunité de réaliser une TRANS-EUROPA et une CIRCUM-MEDITERRANEA

Aussi, en parallèle du courrier que nous vous envoyons, vous vous voudrez bien prendre connaissance de ceux accompagnés d’une feuille de route, que nous venons d’adresser à Mesdames Béatrice Angrand … Esther Fouchier … Élisabeth Guigou … Nathalie Loiseau … Angela Merkel … Federica Mogherini … ainsi qu’à Messieurs Fabien Chevalier … Jean-Dominique Giuliani … Filippo Grandi … Jean-Claude Juncker … Nasser Kamel … Karl- Heinz Lambertz … Jean-Yves Le Drian … Enrico Letta … Emmanuel Macron … Antonio Tajani … Donald Tusk … au Général Jürgen Weigt, tous en ligne sur ce blog.

Vous comprendrez que nous proposons la mise en œuvre d’une TRANS-EUROPA, une ambitieuse course en relais de 27 700 km à travers 41 capitales, au départ de Paris vers Aix-La-Chapelle, pour commencer … (www.croisadepourleconomiesolidaire.org) … en sollicitant une collaboration partenaire avec l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse, à Paris et à Berlin. … ainsi que, avec l’enchaînement des circonstances au fil des années, concomitamment, une CIRCUM- MEDITERRANEA, une autre double course en relais de 6000 km à travers 9 pays, au départ de Marseille vers Barcelone, pour commencer aussi à la roder et à la médiatiser (www.circum-mediterranea.org) … en sollicitant un partenariat de réseaux avec la Fondation euroméditerranée Anna Lindh, à Alexandrie, et avec l’Union pour la Méditerranée, à Barcelone. Indépendamment des ingénieries, des expertises et des pratiques acquises, concernant l’économie solidaire et l’esprit d’entreprise, autour de « dynamiques citoyennes et de projets » (www.cooperer-en-saintonge.org et www.cagnottesolididaire-job.org), nous insistons sur le fait que ces actions seront également fédératrices, pour contractualiser, coopérer et mutualiser avec les dizaines d’associations, organisations ou « porteurs de projets » et d’initiatives similaires, avec le volontarisme et l’efficacité qui conviennent pour, de pays en pays, engranger un maximum d’atouts aux fin d’articuler des mécaniques gagnantes (compris exprimés dans divers livres et rapports).

Vous rapprocherez les courriers cités ci-dessus, avec ceux envoyés il y a un an, à Messieurs Emmanuel Macron, Édouard Philippe, à divers membres du Gouvernements français et à quelques personnalités qualifiées … il y a quatre ans, à Monsieur Martin Schulz, également en ligne sur ce blog.

Pareillement, vous comprendrez que ces propositions ne sortent pas subitement d’un chapeau, en les comparant aux courriers précédemment adressés dans les années 2002 et 2004, à Messieurs Jacques Chirac, Gehrard Schröder, Romano Prodi, Pat Cox, Albert Bore et tutti quanti, également avec toutes ces réponses positives qui n’ont malheureusement pas permis d’aboutir, à l’époque … dommage, cela nous aurait permis d’éviter bien des tracas et des tourments, comme nous n’osons pas imaginer les gains politiques que nous aurions pu obtenir si nous avions été mieux entendus et mieux soutenus.

Face à leurs obligations familiales ou existentielles, toutes ces compétences inemployées, tous ces talents frustrés, toutes ces vies ruinées pataugeant dans les nouveaux bourbiers créés, n’ont naturellement eu de cesse de formuler des solutions à leurs élus, de proximité d’abord, régionaux et nationaux ensuite, puis européens enfin, tant, la globalisation aidant, les similitudes étaient grandes d’une région à une autre .

C’est bien au cœur des problématiques complexes insensiblement engendrées, de tous ces rejets et de ces drames que s’est peu à peu forgé cette TRANS-EUROPA et cette CIRCUM-MEDITERRANEA et leurs déclinaisons … face surtout à ces résistances à la résignation devant la permanence de tous ces échecs constatés, compris et surtout, celui de l’État et de l’Europe. Face aussi à la nécessité commune, voire vitale, d’affronter les mutations, doit-on laisser perdre des expertises et des savoirs-faire patiemment accumulés au prétexte de lassitude à convaincre ceux qui les nient parce qu’ils les dépassent ?

A quel moment la persévérance affichée pour convaincre une Collectivité territoriale et/ou des acteurs – décideurs locaux, nationaux et européens doit-elle capituler pour se laisser entraîner vers les pires dérives annoncées ?

Les enjeux économiques et une juste répartition de la croissance n’exigent-ils pas dorénavant la participation de « tout le monde », compris et surtout les principaux intéressés vivant à cœur cette précarité devenue explosive ? … compris plus que jamais, de repenser radicalement aux plis et aux marges des solutions « autrement »

Monsieur Jagland,

Nous comprenons fort bien que la Norvège se soit auto-protégée, hors de la zone Euro, « bien à l’abri » derrière sa manne pétrolière de la mer du Nord et ses prix Nobel. Néanmoins, par les importantes missions de Secrétaire Général du Conseil de l’Europe que vous assumez, vous êtes conscients des signes avant-coureurs des bouleversements et des risques d’effondrement qui s’approchent (comme autant de cycles d’airain des civilisations qui nous ont précédé).

Comme nous, vous ne pouvez que constater l’échec de nos diplomates (quelques fussent leurs intelligences, leurs compétences et leur intégrité), face aux nouveaux seigneurs de la guerre et du monde, tels Donald Trump, Vladimir Poutine et Recep Erdogan. Ils n’ont ni complexe ni gêne, pour piétiner et remettre brutalement ou sournoisement en cause les traités, ou pour mépriser les Droits de l’Homme comme bon leur semble, totalement étrangers au Bien commun de l’Humanité pour satisfaire leurs égos sur-dimensionnés ou leur pouvoir surestimé.

Vous ne pouvez que constater également les ravages de la corruption et du mal-développement en Afrique, aboutissant à « La ruée vers l’Europe », décrite comme «inéluctable » par Stephen Smith, dans son livre édité chez Grasset. Comprendre la synthèse en codicille 2c.

En sus, si une partie du monde reste « sur le carreau », les connaissances et les compétences s’accélèrent pour celles et ceux qui restent bien accrochés dans « le train en marche » : Combien de dizaines de millions d’emplois allons-nous à nouveau perdre , avec les nouvelles technologies, la révolution numérique, l’intelligence artificielle, la robotisation effrénée et autres algorithmes . 3

Raison pour lesquelles, pour favoriser les collaborations partenaires nécessaires pour les développer, nous vous sollicitons directement, avec les immenses moyens que sont les vôtres, de bien vouloir soutenir ces projets de TRANS-EUROPA et de CIRCUM-MEDITERRANEA en les labellisant, compris de nous mettre en relations avec vos structures satellites concernées … et, comme le veut la règle, par le biais de Monsieur Jean- Baptiste Mattéi, ambassadeur de France auprès du Conseil de l’Europe.

Pareillement, souvenez-vous que nous jouons tous dans une pièce qu’à voulu le metteur en scène. Chacun est tenu de tenir son rôle : le vôtre, celui de contribuer à réformer le Conseil de l’Europe, et voué à l’impuissance par le biais des vetos systématiques des États-membres (cf. l’évolution inexorable de la démographie africaine et les pressions migratoires) … le nôtre, suivant les modalités indiquées, celui d’aller à la rencontre des populations pour contribuer, au titre de la Société civile, à promouvoir le co-développement en recherchant ensemble des solutions par la coopération, la mutualisation, en diffusant des messages de mobilisation citoyenne et de paix. C’est pourquoi, comme pour Monsieur Donald Tusk (cf. notre courrier du 17 juillet), nous vous suggérons de « faire équipe » avec nous et avec une vision commune : celle des Droits de l’Homme, singulièrement brutalisés en ce moment (2 et 3) !

Le prochain 11 novembre, nous allons commémorer le centenaire de l’armistice de l’holocauste de 1914-1918 qui a dévasté l’Europe avec, entre autres atrocités, 22 477 500 mors, blessés ou disparus (5 525 000 morts, 12 831 500 blessés, 4 121 000 disparus), avec des dizaines de millions de familles, veuves et orphelins, aux vies brisées. Avec le recul, « Droits de l’homme » ou pas », comment expliquer le manque de sagesse (ou la folie), de ces hommes qui dirigeaient ces gouvernements de l’époque ? Est-ce si loin ?

Pouvons-nous compter sur vous ? … à vous lire ou à vous rencontrer,
Recevez, Monsieur le Secrétaire général, nos sincères sentiments et cordiaux.

Gabriel DELICOURT
Pdt du Marathon JOB-EUROPA
Pdt du PTCE en Vals de Saintonge
Pdt de la Cagnotte Solidarité Emploi de Saint-Jean d’Angély
Pdt Président de la Coopérative “La petite graine”

 

Ref 1 : Rappelons-nous … le 15 août 1971, Richard Nixon en décidant de suspendre la convertibilité du dollar en or pour en faire une monnaie flottante, n’a pas seulement créé la stupeur des États en modifiant radicalement les règles du jeu mais, au début des années 80, permis à Margaret Thatcher et à Ronald Reagan d’ouvrir l’âge d’or du libéralisme en déréglementant la concurrence aux bénéfices des marchés, créant ainsi jusqu’à nos jours, des turbulences financières considérables au détriment du Bien commun. A votre avis, cette situation pourra-t-elle continuer éternellement. Quarante cinq années d’utilisation de la planche à billets pour favoriser la continuelle prospérité d’une économie virtuelle, enrichissant effrontément les marchés pour mettre les États à genoux, en même temps que les Paradis fiscaux, effrontément florissants et impunis. Donald Trump avec sa clique de milliardaires aux affaires, vient de déclencher une guerre commerciale mondiale au profit de sa seule Amérique, niant même les défis climatiques … cela va-t-il finir en Sodome et Gomorrhe ?

Ref 2 :

<2a. Déjà 35 000 morts noyés en Méditerranée !… l’Europe ne veut plus de migrants et ils doivent restés sur les côtes du Maghreb ou repartir dans leur pays d’origine (qui n’en veut pas). Il est clair aussi que les bateaux des ONG finiront sous séquestre, dans un quelconque port … alors que se passera-t-il ???

En attendant, faute de mieux, l’Europe paye. Depuis le début de l’année 2018, ce sont 2500 nouveaux migrants qui sont morts noyés, mais suite à la visite de Monsieur Matteo Salvini en Libye, les gardes côtes libyens les ramènent sur leurs côtes, et pour en faire quoi ? Des informations dont nous disposons (tout comme vous), le pire continue pour ces migrants : ils sont jetés en prison, vendus comme esclaves (compris sexuelles pour les femmes, leurs enfants abondant les écoles coraniques) … ils sont massacrés ? Ces dernières années, nous en avons tant lu, tant entendu et tant vu d’images glaçantes (compris avec Daech). Mais la suite mérite d’être écrite, pour ne pas pouvoir dire « qu’on ne savait pas » !

2b. Le 16 novembre 2016 , quand nous avons rencontré Monsieur Mohammed Kamal Alaoui, Consul d’Algérie à Bordeaux
(quelques jours après Monsieur Mohamed Hicham Ben Soltane, Consul du Maroc également à Bordeaux), il nous a évoqué une
situation particulièrement « compliquée » en Algérie, avec un afflux constant de migrants provenant d’Afrique et du Moyen Orient.
Nous étions alors loin d’imaginer ce qui suit :

L’horreur continue … et même si c’est insupportable, nous tenons à vous rapporter ces quelques extraits de l’article du 26 juin 2018, de Lori Hinnant (Associated Press à Assamaka) : « L’Algérie a abandonné plus de 13 000 personnes dans le désert du Sahara ces 14 derniers mois, y compris des femmes enceintes et des enfants, les expulsant sans eau ni nourriture et les forçant à partir à pied, parfois à la pointe d’une arme. Certains ne s’en sortent jamais vivants. Les migrants expulsés doivent affronter un chaleur qui peut atteindre 48 degrés Celcius. Au Niger, pays vers lequel la majorité se dirigent, les plus chanceux traversent un enfer de 50 kilomètres jusqu’au village frontalier d’Assakama. D’autres errent pendant des jours avant qu’une équipe de sauvetage de l’ONU finisse par les trouver. Un nombre incalculable périt, simplement avalé par le Sahara. Plusieurs femmes enceintes ont perdu leur bébé en chemin. Les expulsions massives de l’Algérie ont repris depuis que l’UE a renouvelé la pression sur les pays d’Afrique du Nord pour qu’ils bloquent les migrants qui veulent traverser la Méditerranée ou rejoindre les enclaves espagnoles au Maroc. Un porte parole de l’Union Européenne a déclaré que l’UE était au courant des agissements de l’Algérie, mais que « les pays souverains » peuvent expulser les migrants pourvu qu’ils se conforment au droit international (!!!) L’Algérie ne fournit aucun chiffre pour ces expulsions … (lire tout l’article, assassin pour la Cour européenne des Droits de ‘Homme) … Le Sahara est un tueur efficace qui laisse peu de traces. L’Organisation internationale pour les migrations estime que, pour chaque migrant dont la mort est connue en traversant la méditerranée, jusqu’à deux sont perdus au désert, soit potentiellement plus de 30 000 personnes depuis 2014 » .. un autre article du 16 juillet 2018 de l’Agence France Presse (à Agadès), décrit les conditions atroces dans lesquelles d’autres vagues de migrants sont abandonnés … 35000 noyés et 30 000 morts dans le sahel,soit 65000 vies sacrifiées, est-ce monde que nous voulions ?

Pour faire suite, il s’avère donc important qu’avec Donald TUSK, vous disposiez de la synthèse de « La ruée vers l’Europe », de Stephen Smith, le livre qui dérange et qui pose bien le problème auquel personne se sait répondre. Il va finir par dévaster nos institutions et faire exploser les mentalités populaires (le temps que ça monte au cerveau), si nous continuons à nier les évidences en ne réformant pas rapidement le fonctionnement et les objectifs des divers organismes représentant la « Communauté dite-internationale », toujours gravés dans le marbre : « L’Europe vieillit et se dépeuple. L’Afrique déborde de jeunes et de vie. Une migration de masse va se produire. Son ampleur et ses conditions constituent l’un des plus grands défi du XXIème siècle. L’Union Européenne compte aujourd’hui 510 millions d’habitants vieillissants ; l’Afrique 1,25 milliard, dont 40 % ont moins de 15 ans. En 2050, 450 millions d’Européens feront face à 2,5 milliards d’Africains. D’ici à 2100, trois personnes sur quatre venant au monde naîtront au sud du Sahara. L’Afrique « émerge ». En sortant de la pauvreté absolue, elle se met en marche.Dans un premier temps, le développement déracine : il donne à un plus grand nombre les moyens de partir. Si les Africains suivent l’exemple d’autres parties du monde en développement, l’Europe comptera dans trente ans entre 150 et 200 millions d’Afro-Européen, contre 9 millions à l’heure actuelle. Une pression migratoire de cette ampleur va soumettre l’Europe à une pression sans précédent, au risque de consommer la déchirure entre ses élites cosmopolites et ses populistes nativistes. L’État-providence sans frontière est une illusion ruineuse. Vouloir faire de la Méditerranée la douve d’une « forteresse – Europe » en érigeant autour du continent de l’opulence et de la sécurité sociale des remparts — des grillages, un mur d’argent, une rançon versée aux États policiers en première ligne pour endiguer le flot — corrompt les valeurs européennes. L’égoïsme nationaliste et l’angélisme humaniste sont uniment dangereux. Guidé par la rationalité des faits, cet essai de géographie humaine assume la nécessité d’arbitrer entre intérêts et idéaux.

Ref 3 : D’évidence nous sommes à un tournant de notre Histoire, dont personne ne sait vraiment ce que vont nous révéler les cartes battues et rebattues en ce moment. Face à l’incertitude de notre devenir commun, et s’ils peuvent nous aider, il nous apparaît nécessaire de rappeler les trois premiers paragraphes du préambule de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, adoptée par 58 États à Paris, le 10 décembre 1948 … et le premier article :


a) Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et leurs droits égaux et inaliénables constituent le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde,

b) Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’Homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les hommes seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme,

c) Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’Homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression, etc Article 1er .. Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité … etc.

 

 

Nous construisons trop de murs et pas assez de ponts.

Sir Isaac Newton

image_pdfImprimer

De Gabriel Delicourt

Courrier à l’attention de

Contacter Gabriel Deliourt
tél : 06 42 82 27 10

Consultez les archives