Soutenez la TRANS-EUROPA et ses citoyens engagés

OBJET 1 : C’est l’Europe qu’on assassine !
Soutenez la TRANS-EUROPA et ses citoyens engagés,
Encouragez une CIRCUM-MEDITERRANEA pour enrayer le cauchemar en cours
OBJET 2 : Nouvelle demande d’intercession pour rencontrer le Président Macron
Brigitte Macron, Première dame de France
Brigitte Macron, Première dame de France

Saint-Jean d’Angély, samedi 4 août 2018

 

Madame la Première Dame, chère Madame Macron,

Il y a tout juste un an (le 4 août, date symbole), après avoir longuement mûri notre réflexion en attendant de constater les retours des promesses électorales, nous demandions une audience à l’Élysée, pour favoriser d’un « partenariat d’État » la réalisation « raisonnée » d’une TRANS-EUROPA et d’une CIRCUM-MEDITERRANEA. Après Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, Emmanuel Macron était le quatrième Président de la République dont nous sollicitions le concours, convaincus de la réalité de son souhait de refonder l’Europe. Mais, échaudés par 16 années d’un labyrinthe incompréhensible, exténuant et inracontable de difficultés et, tant de fois confrontés aux certitudes, à la vacuité ou l’évanescence de nombreux conseillers et de multiples Directeurs déjà rencontrés, bien accrochés à leurs postes chèrement acquis et/ou à leurs privilèges (Sciences Po, ENA, Polytechnique, etc, … merci Papa, merci Maman), nous avons crû nécessaire de vous demander, en parallèle, de bien vouloir vous faire notre ambassadrice auprès de votre mari. Nous pensions que votre attitude protectrice et engagée à ses côtés faciliterait cette rencontre.

Le 22 novembre 2017, nous recevions ce courrier de Pierre-Olivier Costa (votre Directeur de Cabinet et Conseiller spécial auprès du Président de la République), nous accusant réception de notre envoi (que nous avions accompagné d’un gros dossier argumenté et structuré comme autant de preuves), en nous écrivant:  » Sensible à votre démarche, l’épouse du Chef de l’État m’a chargé de vous en remercier et de vous assurer de toute l’attention portée à votre envoi. Je dois toutefois vous indiquer que comme vous avez directement saisi de vos préoccupations le Président de la République, ainsi que des membres du gouvernement, Madame Macron leur laisse le soin de vous répondre. »

Sauf que, n’ayant pas eu de réponse de l’Élysée à notre envoi du 4 août 2017, nous avions entre-temps ré-écrit au Président, le 18 octobre, puis le 1er janvier et le 22 avril 2018 … en vain ! Toujours sans réponse et manifestement mis à l’index (1) par les services de l’Élysée (compris avec la même impossibilité méprisante d’être renseignés par téléphone et par le site officiel), nous venons d’adresser ce dernier courrier au Président, le 17 juillet. Nous vous savons gré de bien vouloir en prendre connaissance.

a) Concernant votre réponse du 22 novembre (par le biais de Monsieur Pierre-Olivier Costa), nous considérons qu’en nous trompant, il a été trompé. Malheureusement rodés depuis toutes ces années à ce jeu de dupe de l’Élysée que nous pressentions en vous écrivant, nous ne sommes pas seulement contrariés d’avoir perdu notre temps et ce qu’il nous restait d’illusions, mais également désolés de l’immense sentiment de « honte partagée » pour vous-mêmes.

b) Concernant l’irresponsabilité et le manque d’analyse et d’à-propos des conseillers du Président (nommés dans le courrier adressé le 17 juillet), qu’ils sachent rendre des comptes à leurs consciences et devant l’histoire, l’Europe n’étant plus aujourd’hui à refonder, mais à essayer d’être sauvée !

Le hasard du calendrier vient de nous faire assister à ce lamentable et instructif scénario « Alexandre Benalla » : ce jeune homme nommé Lieutenant-colonel à 26 ans (!!!) en temps de paix (pour faire pâlir de rage tous les adjudants des armées du monde), faisait trembler les responsables des polices qu’il approchait avec son badge de l’Élysée accroché à son veston … pauvre garçon !

Lamentable … parce qu’il nous démontre que le président est très mal entouré et que ce mauvais fait divers peut expliquer, face à un tel niveau pitoyable dans son environnement, pourquoi nos demandes sont restées enlisées ou classées dans une quelconque poubelle. Alors que , le chômage ne baisse pas (il augmente !) … et que le taux de croissance sera revu « à la baisse » !

Instructif … parce qu’il vient de nous démontrer une nouvelle fois « le degré zéro » de la classe politique, qui n’a d’autre « projet pour la France », que ces gesticulations minables de prétoires dans l’amphithéâtre pour se ridiculiser et dégoûter un peu plus les électeurs de s’abstenir d’aller voter. Toujours ces mêmes aigris, les Jacob, les Ciotti et consorts, qui cherchent toutes les occasions possibles pour exister (et que va donc faire Mélenchon avec ces tristes sires ?). Nous sommes peinés pour François De Rugy (notre ancien camarade EELV qui n’a pas plus répondu à notre courrier), d’être confronté à une telle mascarade et à ce type d’insignifiance pour bloquer le travail du Parlement.

Instructif encore, voire réconfortant … parce qu’il oblige le Président à s’affirmer « le seul responsable » et d’en tirer les conclusions qui s’imposent pour faire le ménage parmi ses conseillers : « virés » ! (comme disait Trump dans ses jeux télévisés). Alors peut-être que de nouveaux collaborateurs, plus expérimentés et mieux avisés, pourraient retrouver nos propositions et leur accorder la suite favorable qu’elles méritent (?)

Deux possibilités s’offriraient alors à vous, Madame Macron

Celle de surmonter « la honte » que vous ont infligé ces « fâcheux conseillers » en nous affligeant en même temps de cette année perdue et de ses conséquences. En vous faisant toujours notre ambassadrice (avec l’aide de Pierre-Olivier Costa, moins « naïf » et inattentif), pour, à défaut de pouvoir être reçus par le Président (ce qui n’a plus vraiment d’importance si nous devons constituer une charge indue sur son agenda), que des instructions fussent données sans tarder, voire par le biais de Madame Nathalie Loiseau, au Quai d’Orsay :

à Madame Béatrice Augrand et à Monsieur Markus Ingenlath (co-secrétaires Généraux de l’Office Franco-allemand pour la Jeunesse, l’OFAJ, rue du Général Mouchez à Paris 13ème), pour que nous puissions établir une convention partenaire avec la TRANS-EUROPA (cf le courrier qui leur a été adressé le 2 juillet, ainsi qu’à Madame la Chancelière Angela Merkel, le 13 jullet).

à Madame Elisabeth Guigou (Présidente de la Fondation Anna Lindh) et à Monsieur Nasser Kamel (Secrétaire Général de l’Union pour la Méditerranée), aux fins que nous puissions également établir deux conventions de partenariat avec la CIRCUM-MEDITERRANEA (cf. les courriers qui leur ont été adressés le 13 juillet) .

Karl Lagerfeld … enfin, pour ce qui nous concerne, vous vous habillez évidemment comme vous le souhaitez, mais nous sommes bien conscients que, en arbitre des élégances, les magazines féminins et « les maisons de mode » du monde entier vous observent, enviant votre heureux fournisseur en rêvant de lui prendre sa place.

Mais c’est surtout de financements (voire via des mécènes) dont nous avons rapidement besoin pour monter cinq cellules d’instructions, puis de pilotage (à Saint-Jean d’Angély, à Paris, à Aix-La Chapelle, à Marseille et à Barcelone).

Consternés par ce manque de considérations de l’Élysée pour nos propositions, au début, celle de contribuer à refonder l’Europe au côté d’Emmanuel Macron, mais maintenant, par manque d’intérêt de sa part, pour contribuer à « la sauver », nous interpellons Angela Merkel, Federica Mogherini, Fabien Chevallier, Jean-Dominique Giuliani, Filippo Grandi, Thorbjorn Jagland, Jean-Claude Juncker, Enrico Letta, Karl-Heinz Lambertz, Antonio Tajani, Donald Tusk (dont les courriers sont en ligne avec les vôtres et ceux à Emmanuel Macron, sur ce blog). En observant régulièrement votre agenda, nous constatons votre intense activité et l’éclectisme de vos rencontres.

Alors, serait-ce trop vous demander de nous recevoir avec Monsieur Kark Lagerfeld, avant qu’il ne se retire définitivement des affaires et de la vie publique ? Au dernier défilé Chanel Haute Couture printemps-été 2018 sous la nef du Grand Palais, ses collections ont rencontré un franc succès, mais il est apparu amaigri, fatigué et sa santé inquiétée le milieu de la mode. Par ses interventions dans les journaux et sur les ondes des radios, il ne cache pas son altruisme et son besoin d’aider financièrement des causes telles que les nôtres, et nous avons délibérément placée très haut la barre, l’audace et le panache en plus … il a largement démontré qu’il en a ! Qu’au passage, vous puissiez lui accorder l’hommage qu’il mérite, certes mais, s’agissant d’un européen convaincu, vous nous aideriez grandement en nous permettant de l’intéresser aux « Solidarité économiques européennes à grands pas » que nous proposons.

Hommage au courage …

Elle s’appelait Oksana Chatchko. Elle était ukrainienne et elle vient de se suicider par pendaison dans son appartement, à l’âge de 31 ans. Co-fondatrice des Femen, elle luttait avec ses moyens, contre ce système au nom de sa liberté personnelle, mais aussi au nom de l’humanité, pour défendre le droit des femmes et leur place dans la société. Elle a laissé une lettre où elle se disait désabusée, dénonçant l’hypocrisie de la société et des hommes.

Nous profitons de ce courrier pour rendre à son combat l’hommage qu’il mérite. En 2014, elle déclarait à Philosophie magazine : « Je dois pouvoir montrer l’exemple si je crois en ce que je fais. Nous avons ainsi protester contre Poutine, contre le dictateur Bielorusse Loukatchenko. J’ai été arrêtée, couverte de plumes et teinte en verte, battue et torturée, j’ai cru que ma fin était proche. Je suis psychologiquement prête à être défigurée ou tuée, même s’il m’arrive, comme tous, d’éprouver la peur dans la vie quotidienne. Les semaines de préparation qui précèdent nos actions suscitent parfois de l’appréhension. Mais, dans l’action résolue, celle-ci laisse place à un sentiment très particulier qui ne repose ni sur la peur, ni sur la honte, ni même sur le courage. On éprouve un sentiment de grande force, soutenue par la pensée que nos actions sont justes. Je suis prête à donner ma vie pour mes idées ». Avec le recul, nous aimons cette femme que nous n’aurons jamais connu.

Nous n’avons nullement l’intention de nous suicider, bien au contraire (1). Chacun défend la cause qu’il veut avec les méthodes qu’il peut. Mais que son exemple, son abnégation et sa détermination jusqu’au bout, accompagnent celles et ceux qui rejoindront nos propres combats.

Espérant, cette fois-ci, pouvoir compter positivement sur vous … la conscience en plus ! Recevez, Madame la Première Dame, chère Madame Macron, nos respectueuses et toujours fraternelles salutations.

Gabriel DELICOURT
Pdt du Marathon JOB-EUROPA

 

N.B.1 : Dès le 31 août 2002, à La Rochelle, le Professeur Michel Debout, Président de l’Union Nationale de Prévention du suicide, rejoignait notre Comité de soutien (cf. son engagement ci-joint). Le même Michel Debout, professeur de médecine légale, qui avait été rapporteur de la remarquable étude sur « le suicide », présentée le 6 juillet 1993 au Conseil Économique et Social et validée à l’unanimité des présents (JO du 30 juillet 1993)

 

 

 

Mais l’homme échappe au passé parce qu’il l’oublie, et croit posséder l’avenir parce qu’il l’ignore.

Benjamin Constant

image_pdfImprimer

De Gabriel Delicourt

Courrier à l’attention de

Contacter Gabriel Deliourt
tél : 06 42 82 27 10

Consultez les archives