Lettre ouverte aux “Gilets jaunes”, Français d’abord … puis Belges, Allemands, Espagnols et Italiens.

OBJET: Débattre ET « agir » ?… une « dynamique de projets » pour transformer l’essai, autour d’une TRANS-EUROPA et d’une CIRCUM-MEDITERRANEA, via des Pôles Territoriaux Coopération économiques, mais solidaires pour sauvez nos territoires ruraux … l’Europe … la Méditerranée … notre âme !
Le mouvement des gilets jaunes en France
Le mouvement des gilets jaunes en France

Saint-Jean d’Angély, lundi 28 janvier 2019

Chers gilets jaunes,

Nous faisons suite à votre Appel de la première « Assemblée des Assemblées » qui s’est tenue à Commercy, le week-end des 26 et 27 janvier 2019 … dont, si possible, nous souhaiterions recevoir une copie du procès verbal (ou le compte-rendu), avant de nous engager entièrement à vos côtés.

Acte XI ! … Déjà 20 ans que le « ça va péter » se répète à chaque rentrée sociale, et que, à force d’exaspérations, d’inégalités sociales, de pauvreté contagieuse et de mépris accumulés, « l’insurrection sociale », voire « l’insurrection des consciences citoyennes », s’est enfin produite ce 17 novembre 2018 (1).

Et maintenant ? … après toutes ces manifestations à chiffres en accordéon depuis cette date (300, 80, 30, 60 000 manifestants dans toute la France, selon les manipulations du Ministère de l’Intérieur … voire, pour la dernière,130 000 selon le comptage des « Gilets jaunes » ?), après ces casses incontrôlables (2), ces violences policières, ces déluges d’interviews, de vidéos, d’articles de journaux, d’exégèses de toutes sortes, de contradictions et de surenchères … après avoir appris et voire confirmer ce que nous savions déjà depuis longtemps (3) : quoi faire ? … comment le faire ?

L’Europe ?soit, vous ne ratez pas l’opportunité des élections européennes du 26 mai ? Certes, si une fédération structurelle nationale des « Gilets jaunes » ne se met pas rapidement « a minima » en place, tel cet autre RIC (« Ralliement d’initiative Citoyenne« ), d’ici quelques mois, après tant d’autres avant lui, le mouvement s’éteindra de lui-même dans les soubresauts, après avoir été instrumentalisé et atomisé .. voire les tentatives de récupération ont déjà commencé à l’échelle des enjeux politiques, français et européens : les « gilets rouges » arrivent, etc Plusieurs « personnalités Gilets jaunes auto-proclamées » et aussitôt happées par les médias, ont émergé parmi quelques dizaines de milliers de sympathisants qui ne peuvent pas se déplacer. L’élémentaire démocratie ne peut pas fonctionner de cette manière, à quelques courants de pensées, comme tous les Partis politiques savent faire… même s’il existera toujours une élite partisane (porteuse d’une motion de motion), qui prendra progressivement « la grosse tête » en écrasant les militants de base (les colleurs d’affiches et les distributeurs de tracts) … cf. la décrédibilisation actuelle du « Politique !

NB1. La solution, vous venez de la mettre en œuvre à Commercy. Il s’agit bien de fédérer des Assemblées de Gilets jaunes dans toute la France … il n’est pas trop tard, avec Internet, il suffit de quelques semaines pour effectuer des votes « démocratiques ». Mais il convient qu’une équipe de bénévoles s’y colle pour faire le travail et négocier à l’échelle du territoire national … qu’un groupe au-dessus de tout soupçon soit élu à parité … qu’un(e) leader soit désigné(e), etc
Question : La politisation du Mouvement des Gilets jaunes va-t-elle le tuer ?
Réponse : Dire qu’on ne veut pas faire de politique, c’est déjà faire de « la politique » (au sens premier) !

Sauf qu’il vous est interdit de rêver … cette énorme machine qu’est le Parlement Européen (partie intégrante du triumvirat avec le Conseil de l’Union, la Commission et ses 7500 lobbies qui les enserrent et les manipulent) obéit à des règles auxquelles vous devrez vous adapter (et pas l’inverse) : fonder un Parti qui devra pactiser avec ceux d’autres pays pour créer un groupe représentatif (et pour percevoir les financements du PE pour fonctionner) … bâtir une programmatique cohérente et validée par le plus grand nombre, désigner un mandataire financier pour lever des fonds à la mesure des territoires pour faire campagne (les cagnottes sont interdites et les contrôles des comptes de campagne sont draconiens … et heureusement).

Autant vous dire qu’il vous reste peu de temps, mais c’est encore possible (4) … surtout qu’ensuite, le Parlement fonctionne à la majorité qualifiée des 705 parlementaires des 27 États (Brexit compris), sans cesse avec des compromis négociés dans lesquels les « belles idées » et les grandes envolées se perdent dans la rigueur et les intérêts croisés, voire dans leur âpreté, même feutrée. Mais avec qui ? (4)

« Trahison ou pas », vous vous y êtes collés, voire « tant mieux », parce que c’est le seul moyen d’exister durablement, voire de peser sur les décisions et, peut-être, de redonner « envie d’Europe » aux 320 millions d’abstentionnistes (avec, à la louche, 60 à 80 millions de pauvres ou de « très pauvres), dont un grand nombre vont vous rejoindre (et on laisse faire les sondages qui mentiront jusqu’à l’avant dernier jour).

NB 2. L’expérience d’Édouard Martin, député européen et ex-syndicaliste CFDT de l’usine de Florange est, dans ce sens, particulièrement, instructive (5).

Débat national soit, vous participez au grand débat national instauré par le gouvernement pour gagner du temps et calmer le jeu (6) .. sauf que le règlement imposé est très précis, avec les thèmes qu’il ne faudra pas aborder. À l’observation des quarante dernières années, ses voltiges et ses promesses non tenues, mais n’importe quel « primate pensant » sait qu’il s’agit d’ores et déjà d’une supercherie. Personne n’ignore que c’est bien la haute-administration (voire « la petite » (7) qui tient solidement les rênes (« avant » le Gouvernement), et que cette élite-là, jouissant de privilèges éhontés (et hérités), continuera à tout faire avec ses réseaux et sa technostructure cadenassée, pour que rien ne change (cf. les exemples, vécus par le signataire, au plus haut niveau, relatés dans les courriers de ce blog www.gabriel-delicourt.fr ).

D’ailleurs le Premier ministre et le Président se sont déjà invités dans les débats. Le premier s’opposant (« hypocritement »?) au RIC, au prétexte qu’il nuit à la représentativité parlementaire (pourtant, cette méthode fonctionne très bien en Suisse). Le second, sachant s’exprimer et tenir la scène durant plusieurs heures en « champion du réponse-à-tout », compris avec des élus dociles (cf. les centaines de notes remises par ses conseillers, pompées dans les dizaines de milliers de courriers d’apporteurs d’idées et de porteurs d’initiatives, auxquels il n’est d’ailleurs jamais répondu). Tout le monde aura compris qu’il s’est agi d’une excellente occasion, saisie par l’Élysée et Matignon pour développer un Plan de com’, l’un comme l’autre, en campagne et abusant outrageusement des médias. Chantal Jouanno (Présidente de la Commission nationale du Débat Public) vient de passer la main en raison, notamment, des 14700 € de son salaire mensuel exorbitants, augmenté de 13 % en 2 ans (s ‘agissant d’ailleurs de l’un des salaires les plus bas des 18 autorités indépendantes, les « Comités théodules » refuges des perdants  aux élections). Le débat s’avère faussé et orienté, déclare-t-elle. Nous avions déjà compris qu’il s’agissait juste d’occuper le terrain « pour que rien ne change » pour les plus riches (bis).

Les ronds-pointssoit, vous continuez à occuper indéfiniment les « rond-points » pour « ne rien lâcher » en attendant la 6ème République, voire en criant « Macron démission » (mais qui est « au-dessus » ? … qui a financé sa campagne ? … qui pour le remplacer ? ) et serait-il assez fou pour dissoudre l’Assemblée nationale comme l’avait fait Alain Juppé, en son temps ? À part quelques « irréductibles gaulois » et en dépit des tiraillements et des tentatives d’instrumentalisation liées, si vous ne vous structurez pas (cf. le paragraphe « Europe » ci-dessus), les « Gilets jaunes » finiront « en peau de chagrin » avant de disparaître dans quelques soubresauts (ou récupérés par d’autres Partis), comme bien d’autres avant eux (bis repetita) … voire tant mieux pour « les petites bouffes » et les convivialités entre nouveaux amis !

Le dilemme … la répartition des richesses pour que chacun puisse vivre !


« L’argent vaut mieux que la pauvreté, ne serait-ce que pour des raisons financières. »
Woody Allen

Avec la révolte des « Gilets jaunes », de quelle extrême violence parle les médias et le pouvoir conjugués ? Selon les deux derniers rapports explosifs des 20 et 21 janvier, d’OXFAM et d’ATTAC :  » les effectifs salariés des entreprises du CAC 40 ont baissé de 20 % depuis 2010, leurs bénéfices cumulés ont augmenté de 9,3 % sur la même période, les salaires moyens de 22 %, ceux des dirigeants de 32 % et les dividendes versés aux actionnaires de 44 % (92 milliards de bénéfices en 2017, année record depuis 10 ans). Si les dividendes et les bénéfices ont augmentés, leurs impôts sur la même période ont baissé. Au niveau planétaire, la fortune des milliardaires croît de 2,2 milliards d’euros par jour et 26 d’entre eux concentrent entre leurs mains autant d’argent que la moitié des habitants du monde ».

Ce mardi 22 janvier à Davos, le gratin politico-économique mondial se réunissait pour sa grand messe annuelle. La veille à Versailles, jour anniversaire de l’exécution de Louis XVI, Emmanuel Macron invitait plusieurs grands patrons et, selon l’Élysée, déclarait à propos du couple royal : « S’ils ont connu une telle fin, c’est parce qu’ils ont renoncé à réformer ». C’est d’autant moins malin qu’il persiste et signe qu’il ne changera pas de cap ! Les politiques ne bougent que si le peuple bouge.

Il est donc clair que nos élites dirigeantes successives (à l’abri derrière leurs revenus, bien verrouillés par leurs statuts et les réseaux), ont su déployer des trésors d’imagination pour tout autant s’auto-préserver qu’en protégeant un système qui se gave (cf. la multiplications des cellules dites-psychologiques, ou le GIGN, quand il convient de museler ce qu’il est convenu d’appeler « un forcené  qui a pété un plomb »).

Mais quand il s’agit d’une « insurrection sociale » de plusieurs dizaines (ou centaines) de milliers d’individus exaspérés qui « pètent ensemble les plombs », face au trop-plein d’inégalités et de souffrances sociales ?… voire écœurés de subir de manière disproportionnée le poids de la dette pour des « très riches » voulant devenir « trop riches », avec leurs champions de la défiscalisation ?

Alors, il y a ceux qui font voter une loi « anti-casseurs », voire qui réfléchissent même à interdire le droit de manifester (cf. les meilleurs scénarios aux relents pétainistes ?). Il y a aussi ceux qui, dans un déchaînement de surenchères libérées, réclament « tout à la fois », chargeant inconsciemment la dette publique (la nôtre), alors que ce sont « nos arrières petits enfants » qui paieront la note. A-t-on le droit de leur jouer ce mauvais tour supplémentaire ? Ne pouvons-nous pas également nous comporter en citoyens responsables et avisés ?

En sus, il est également clair que, malgré les soutiens financiers qu’ils ont investi sur lui, le Président Macron devra finir par céder … sauf qu’il est coincé par les 2167 milliards de dettes (à 1560 € de remboursement par seconde). Cette dette a bien été contractée par la France ! Elle est un cheval de Troie à la merci des marchés susceptibles de nous mettre en faillite (8) si, selon « leur bon plaisir » (ou par peur d’une « révolution sociale »), le taux venaient à passer à 3, 6 ou 9 % (comme en Grèce). Avec, en sus, un commerce extérieur chroniquement déficitaire et le laisser-faire programmé d’une évasion fiscale délirante, en sommes-nous si loin ? … cf. les courriers à Jean-Claude Junker et à Dany Cohn-Bendit (« le casse du siècle » !) sur le blog www.gabriel-delicourt.fr Le « Système » est cadenassé et toutes les tentatives pour le changer ont échoué. Rappelez-vous en 2007 , quand François Fillon une fois Premier Ministre, lors d’un déplacement en Corse, avait déjà déclaré « la France en faillite », … la suite, que Bercy se débrouille avec la dette ! Pour mémoire aussi la courageuse action d’Éric Cantona en novembre 2010, pour faire retirer collectivement, le même jour, l’argent des banques par les particuliers … raté et dommage !

Pour mémoire aussi, « la révolution Islandaise », soigneusement occultée par tous les médias. Qui se souvient de cette « révolution des casseroles » d’octobre 2008, et de l’ensemble de mouvements de protestation qui ont rendu le pouvoir au peuple islandais en le débarrassant du fardeau de la dette. Le peuple, après référendum, avait refusé de payer les banques en faillite à des créanciers anglais et hollandais, fait démissionner l’ensemble du gouvernement et mettre physiquement « les banquiers en prison » ! À la télévision, le Premier ministre avait même appelé Dieu pour sauver l’Islande ! Certes, même risqué, c’était quand même plus facile avec un pays de 320 000 habitants possédant sa propre monnaie, qu’avec une France de 67 millions d’habitants encartés dans l’Euro. On peut donc s’interroger sur la maestria avec laquelle l’Islande s’est sortie de sa crise, remarquée par Paul Krugman, (prix Nobel d’économie), et même par le FMI qu’elle avait pourtant envoyé paître. Elle a fini de rembourser le FMI en 2012, auquel elle avait eu recours … Dieu n’y est pour rien !

Autisme, mépris ou les deux ? … depuis le 4 août 2016, ni l’Élysée, ni Matignon, ni le Quai d’Orsay n’ont répondu au courriers en ligne sur le blog www.gabriel-delicourt.fr , confirmant l’arrogance des deux premiers, qui appellent subitement au dialogue, drapés dans leur dignité interpellée. Pourtant, face au naufrage sociétal et au chaos économique qui menace, nous n’acceptons pas la société suicidaire, comme nous refusons « le grand soir » avec ses flots de haine ou de sang !

Nos propositionsni Cassandre, ni Don Quichotte, ni Bisounours. Sans vouloir en occulter d’autres, voire en mutualisant avec elles, une voie vous est proposée pour votre programmatique  : celle de soutenir en tant qu’initiatives citoyennes pour « sauver l’Europe » (celle des Pères fondateurs du Traité de Rome proches du peuple, dévoyée par les euro-technocrates,), la TRANS-EUROPA, que nous portons avec la CIRCUM-MEDITERRANEA, e pour « sauver notre âme », en affrontant les tragédies migratoires à la recherches de solutions. Il s’agit de deux courses singulières en relais, solidaires de l’EMPLOI, mûrement raisonnées, dimensionnées, fédératrices, participatives et organisées progressivement, étapes après étapes, à l’échelle des enjeux qui nous pressent (cf. les sites www.croisadepourleconomiesolidaire.org et www.circum-mediterranea.org). « Dynamiques de projets » décoiffantes, qui ont pour objectif de lutter contre les inégalités en recréant de l’activité et de la cohésion sociale pour unir les peuples avec « le pouvoir d’agir citoyen », en repartant d’un ancrage local : un « Pôle Territorial de Coopération Économique » , à Saint-Jean d’Angély (www.cooperer-en-saintonge.org ).

POUR UNE SOCIÉTÉ SOLIDAIRE

Une société d’intérêt collectif,
Des particuliers, des associations, des entreprises,
Une société d’individus : L’ ÉTAT
« Les caisses de l’État sont vides (ou étrangement siphonnées), l’État « s’enlise »,
Le peuple doit aider l’État, parce que l’État c’est aussi nous, le peuple,
Des citoyens et des entreprises ont de l’argent,
La société civile a des idées, des solutions et doit « se mettre en marche »,
UN MARATHON POUR L’EMPLOI SOLIDAIRE,
Pour agiter les territoires, pour collecter des fonds, pour financer des projets,
pour contribuer à créer du lien social et des emplois,

Vers « UNE RÉPUBLIQUE DES PROJETS ».

 


« Gilets Jaunes » (ou sympathisants) de France … de Belgique, d’Allemagne, d’Italie ou d’Espagne !  À Notre tour de vous lancer un Appel, où que vous soyez, avec tous ces autres qui pourraient nous aider ou voudraient participer, avec l’audace et le panache qui conviennent (l’enthousiasme?)  :

A l’aube des prochaines élections européennes du 26 mai prochain, nous sommes actuellement en phase avec cette explosion des exaspérations, que nous devons transformer en énergie positive et collective … et avec vous, nous sommes également au rendez-vous de l’Histoire !

Il nous faut maintenant monter d’urgence six cellules d’instruction et de futurs pilotages : à Saintes, à Marseille, à Barcelone et à Gènes (pour préparer les premières étapes de la CIRCUM-MEDITERRANEA) … à Paris et à Aix-la-Chapelle (pour préparer la première étape de la TRANS-EUROPA) … plus une à Lille ?

Nous devons recruter une dizaine de personnes pour développer cette aventure (ni Siriza, ni Podemos) et dores et déjà, un noyau dur de bénévoles (futurs salariés ?) doit se mobiliser autour de nous.

Le budget prévisionnel de démarrage se situe autour de 500 000 euros évolutifs suivant l’engagement des villes ciblées. Une cagnotte est disponible sur les sites pour monter plusieurs financements participatifs, pour ICI et LA-BAS. Qui peut nous aider et relayer ?

Cessons de « danser sur le volcan » ou de sommeiller dans les brumes des attentes déçues et du désespoir … rassemblons-nous pour devenir ensemble les maîtres de notre destin commun ? Conscients des jeunes qui nous espèrent, et co-acteurs d’une destination collective, recevez, chers amis Gilets jaunes, nos meilleurs sentiments solidaires et fraternels.

Gabriel DELICOURT
Président du Pôle Territorial de Coopération Économique en Vals de Saintonge
Président de la Coopérative “La petite graine”
Président du Marathon JOB-EUROPA

N.B.1 : Vous noterez les premières réponses des journalistes Philippe Tesson et Bruno Frappat, de Jean-Pierre Raffarin, dès 1993 … celles d’Édouard Balladur (4 juin 1994), d’Alain Juppé (22 juin 1995) et de Jacques Chirac (24 juillet 1995) … vous rapprocherez les contenus exemplaires des courriers adressés aux Ministres de l’économie et des finances : Bruno Lemaire (le 4 août 2017) et Thierry Breton (3 octobre 2005) … ceux aux Ministres des Affaires sociales ou assimilés : Agnès Buzyn (4 août 2017), Marisol Touraine (10 avril 2014), Xavier Bertrand (30 septembre 2005), Dominique Versini (31 mars 2003), et en établissant un parallèle avec le courrier au médecin-psychiatre Jeymo Parry (le 14 juin 2002), et ses réponses (8 octobre 1996 et 17 juin 2002), avec celle au Docteur Michel Debout, Président de l’Union Nationale de Prévention du suicide (31 août 2002) …

… et parmi d’autres, tout autant les deux au 1er Ministre Edouard Philippe (4 août 2017 et 2018, invraisemblablement restés sans réponse), à ses prédécesseurs Manuel Valls (10 avril 2014), Dominique De Villepin (7 octobre 2005) , Jean-Pierre Raffarin (4 avril 2003), Lionel Jospin (30 mai 2001), avec la réponse de François Fillon (6 février 2009) … ceux à Florence Parly (4 août 2017) et à Michèle Alliot-Marie (le 30 septembre 2005) … vous comprendrez également les courriers adressés à <strong »>Jean-Yves Le Drian (les 4 août 2017 et 2018), incroyablement restés sans réponses aussi, comme ceux au Président Macron, etc.

N.B.2 : Qui sont les vrais « casseurs » ?

… 1. ceux qui ont rejoint « la révolte des Gilets jaunes », incapables de supporter plus longtemps « la triste vie végétative » de privations et d’envie offerte, telle cette fabrique de délinquants, de terroristes ou de vaincus, faite de recherches d’emploi continuelles dans des ruralités à 15 ou 20 % de chômage (ou des quartiers en « zone de non droit » à 40 ou 50 % de « non emploi », avec la drogue pour exutoire et survie), d’aides sociales et de RSA à 475 € / mois, de carte bleue supprimée le 10 du mois, de faux-espoirs et d’impasses, noyés dans le flot du « seuil de pauvreté » avec 8 ou 12 millions d’autres, voire craignant de tomber dans ceux du « misérabilisme » dont les statistiques n’existent pas (cf. le courrier du 3 novembre 2005 adressé à Léonard de La Gâtinais, Procureur général auprès de la cour d’Appel de Poitiers, lui demandant de « Faire la lumière sur les suicides économiques » … et la réponse du vice-Procureur Chevallier, le 24 novembre, classant la plainte contre l’État … 2. ou bien, les Présidents ou tous les Premiers ministres ou divers Ministres depuis Jacques Chirac, qui ont échoué depuis 35 ans, en s’accommodant d’un taux de chômage indécent et incompatible avec « le bonheur pour tous » … Bercy régnant en maître sur la dette abyssale nous entraînant inexorablement vers le bas, sur l’immoralité de ses « patrons trop payés » et des « évadés fiscaux impunis », soumis au diktats des lobbies (comme à Bruxelles), voire faisant de la France, le pays à la fiscalité la plus lourde du « Monde » (cf. le courrier à Bruno Lemaire) … et peut-être aussi, Christophe Castaner lui-même (le Ministre qui ne répondait pas plus aux courriers avec Catherine Barbaroux et Richard Ferrand quand il était aux manettes de LAREM), l’actuel Ministre de l’Intérieur qui a joué la carte de la violence contre des manifestants démunis à 99, 99 %, changeant sa stratégie en Plan A, B, C, D, E, etc au fil des semaines qui passent, se faisant accusateur et manipulateur, plutôt que d’apporter des réponses politiques à celles et ceux qui les posent.

N.B.3 : Nous sommes en droit de nous interroger sur le « pourquoi cette insurrection sociale » ne s’est pas produite 10 ou 20 ans plus tôt ? cf. Les quelques courriers ci-dessus, le courrier à Dimitri Dimitriadis (2003) ou le Plan de cohésion sociale de Jean-Louis Borloo (26 juillet 2005), en ligne sur l’onglet « Comprendre » … cf. le livre de Patrick Viveret dans la bibliothèque.

N.B.4 : Vous serez tenus de formaliser des alliances pour exister au Parlement européen (et chaque Pays, chaque groupe est dans cette impérieuse obligation pour se faire entendre) … les bruits courent que Luigi Di Maio et le Mouvement 5 étoiles vont vous aider financièrement (vous êtes déjà récupérés et il ne peut en être autrement à cause de l’indispensable argent) … d’ailleurs, le quota d’Eurodéputés français a été fixé à 79 après le départ des anglais. Cela aura probablement le temps de changer, mais les sondages vous créditent actuellement de 13 % des voix, ce qui vous accorderait 11 eurodéputés … 11 face à 694, quel poids auront vos votes ? Après « compromis » basiques et groupés par sensibilités politiques avec d’autres pays, restez lucides, une fois diluées, vos idées d’aujourd’hui auront-elles toujours le même « sens » ?

N.B.5 : Édouard Martin a décidé de ne pas rempiler pour la prochaine mandature, et il tire un premier bilan de ces 5 années passées au Parlement européen. Il représentait ses amis syndicalistes et il a fait de son mieux. Mais que reste-t-il de l’usine Arcelor de Fleurange devant laquelle Nicolas Sarkozy er François Hollande étaient venus promettre qu’ils se battraient pour la sauver, etc … le Groupe Mittal vient de fermer définitivement les hauts fourneaux. Qui commande toujours, si ce n’est l’argent !

N.B.6 : A ce jour, dans toute le France, 2600 débats seraient inscrits sur le site officiel … imaginez la manière et le temps nécessaire pour en faire le dépouillement, les analyses et en tirer la quintessence ! Qu’en restera-t-il ? et à ce stade, chacun pourra en tirer les conclusion qui lui conviendra.

N.B.7 :

a) Le cas de « la Ronde Girondine pour l’emploi solidaire » est exemplaire (cf. le courrier adressé le 4 août 2017 à Gérard Collomb, dont les services ont classiquement renvoyé notre demande de soutien vers la Préfecture de la Gironde, qui ‘n’en a eu cure, comme le démontre le compte-rendu de la réunion avortée du 14 février 2016.

b) Le poids et le prix financier de la Haute-administration (avec la main-mise de l’inspection des finances à tous les niveaux) est insupportable pour notre budget de l’Etat, vivant au-dessus de ses moyens et qui doit lui-même se remettre en cause. Un plan d’allègement de 150 000 fonctionnaires vient d’être annoncé par Gérard Darmanin (François Fillon voulait en supprimer 500 000 !). Ne convient-il pas plutôt de tailler dans cette « élite », coûteuse, pléthorique et étrangère au Peuple ?

c) Vous prendrez utilement connaissance des deux dernières « lettres ouvertes » au Président Macron et aux médias, AVANT (les 4 août et 24 août 2018) et APRÈS« l’insurrection des Gilets jaunes » du 17 novembre..

Et vous, est-ce que vous oseriez remettre en question qui vous êtes ?

Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes à partir du même état d’esprit que celui dans lequel nous les avons créés.

Albert EINSTEIN

image_pdfImprimer

De Gabriel Delicourt

Courrier à l’attention de

Contacter Gabriel Deliourt
tél : 06 42 82 27 10

Consultez les archives