Ce sont bien l’Europe et les Droits de l’Homme qu’on assassine !

OBJET: : Ce sont bien l’Europe et les Droits de l’Homme qu’on assassine ! Nouvelle demande de soutien par le biais des ambassadeurs de France auprès du Conseil de l’Europe, du HCR, de la FAO, de l’ONU et de l’UNICEF pour accompagner une TRANS-EUROPA et une CIRCUM-MEDITERRANEA,
Jean-Claude LE DRIAN Ministre des Affaires européennes de la France depuis mai 2017
Jean-Claude LE DRIAN Ministre des Affaires européennes de la France depuis mai 2017
*** Local Caption *** « L’autonomie des Kurdes doit s’exprimer&finDL;dans la légalité constitutionnelle&finDL;irakienne. »

Saint-Jean d’Angély, mardi 17 juillet 2018 – Commémoration de l’abolition des privilèges

 

Madame et monsieur les ministres Jean-Yves LE DRIAN et Nathalie LOISEAU,

Le 4 août 2017 (il y a un an jour pour jour), nous vous adressions un courrier très explicite et argumenté avec, comme objectif, de réconcilier les Européens avec l’Europe et de réconcilier l’Europe avec l’Afrique (ci-joint pour mémoire et en ligne sur ce blog avec les autres courriers cités ci-dessous).

Avec Monsieur le Président Emmanuel Macron, Monsieur le Premier Ministre Édouard Philippe et d’autres ministres, nous vous sollicitions un partenariat d’État pour la mise en œuvre d’une TRANS-EUROPA et d’une CIRCUM-MEDITERRANEA (accompagnée par “Petite graine”), s’agissant de ce que nous considérons comme une stratégie de reconquête pour l’Europe avec la Société civile proposante … également, de reconquête pour notre territoire des Vals de Saintonge, via le Pôle Territorial de Coopération Économique que nous développons localement. Nous insistions sur l’urgence à agir !

Que ce soit de vos Cabinets respectifs, de ceux de l’Élysée et de Matignon, nous n’avons reçu aucune réponse, malgré nos relances et le dossier-papier de 2 kg envoyé à chacun pour valider la légitimité et la cohérence de nos propositions. Sachez que nous avons été d’autant plus consternés de cette indifférence coupable à le mesure des enjeux que nous portons, telle “une faute” de vos conseillers (1):

Nathalie LOISEAU , Ministre des Affaires européennes de la France depuis juin 2017
Nathalie LOISEAU , Ministre des Affaires européennes de la France depuis juin 2017
  • que l’Europe est en réel danger et que, dores et déjà, il convient de “la sauver” (cf. les autres courriers),
  • que la Méditerranée est plus que jamais un cimetière avec déjà 35 000 migrants noyés (les bateaux des organisations humanitaires pour secourir les nouveaux migrants sont sous séquestre ou parias dans tous les ports),
  • que depuis 2014, le Sahel “a avalé” 30 000 migrants, morts de soif, rejetés vers le Niger, par l’Algérie,
  • que les problématiques migratoires restent sans réelle solution face au flot qui doit arriver, à part Frontex et bunkériser l’Europe pour mieux s’abaisser en organisant “la guerre aux migrants”,
  • que la dernière Conférence sur les migrations fût un nouvel échec, coûteux et pitoyable, 1 que depuis début janvier 2018, 1 862 483 enfants de moins de cinq ans sont déjà morts de faim et que 815 millions de personnes sont sous-alimentés, alors que le marché de l’alimentation industrielle pèse 172 milliards d’euros et, en parallèle, on dénombre 1,3 milliards d’individus en surpoids ou obèses,
  • que les droits de l’homme sont gravement bafoués et “les dés pipés” entre les États et les lobbies,
  • que sous l’impulsion du Président Donald Trump, une guerre commerciale a démarré (que l’Europe va perdre),
  • qu’une autre guerre tout court est programmée avec l’Iran, après la rupture du Traité sur le nucléaire,
  • … etc, etc … que tout ceci vous le savez d’autant mieux que l’Europe est au bord du naufrage et qu’il convient bien de mobiliser et de fédérer, coûte que coûte, celles et ceux qui veulent la sauver !

Quelques fussent nos missions, les mandats confiés et nos places dans l’échelle de la hiérarchie : « la guerre contre la pauvreté, pour la justice et l’égalité, relève de nos responsabilités citoyennes, individuelles et collectives ».

1. Face à cette absence d’écoute caractérisée de votre part, face aux contradictions flagrantes (2) et au non respect de la Charte des droits fondamentaux (3) de l’Union Européenne (signée à Nice le 7 décembre 2000, par le Parlement, le Conseil de l’Union et la Commission européenne), nous avons été contraints de solliciter le soutien et la labellisation de la Gouvernance européenne et mondiale, susceptibles de nous encourager pour sortir de cette barbarie intellectuelle et morale qui nous afflige et pour laquelle les générations futures nous jugeront et nous maudiront (4).

Il est clair que le pari du Président Macron de réformer l’Europe est totalement “perdu” et que les opérations de communication pour démontrer le contraire n’y changeront rien … nous les avons trop vécu depuis 40 ans !

Aussi, vous voudrez bien prendre connaissance des courriers accompagnés d’une feuille de route, que nous venons d’adresser à Mesdames Béatrice Angrand … Esther Fouchier … Élisabeth Guigou … Angela Merkel … Federica Mogherini … ainsi qu’à Messieurs Fabien Chevalier … Jean-Dominique Giuliani … Filippo Grandi … José Graziano Da Silva … Antonio Guterrez … Thorbjorn Jagland … Jean-Claude Junker … Nasser Kamel … Karl-Heinz Lambertz … Enrico Letta … Emmanuel Macron … Édouard Philippe … Antonio Tajani … Donald Tusk et au Général Jürgen Weigt … tous en ligne sur ce blog.

Aussi, nous vous savons gré de bien vouloir donner des instructions aux ambassadeurs qui représentent la France auprès des différentes institutions auxquelles nous demandons un soutien et une labellisation, à :

  • Monsieur Jean-Baptiste MATTEI, auprès du Conseil de l’Europe (cf. le courrier du 17 juillet à Monsieur le Président Thorbjorn Jagland),
  • Monsieur Pierre DUQUESNE, auprès de l’Union pour la Méditerranée (cf. le courrier 13 juillet à Monsieur le Secrétaire Général Nasser Kamel … co-Présidents Mme Federica Mogherini et Mr Nasser Judeh)
  • Monsieur François DELATTRE, auprès de l’Organisation pour les Nations Unies (cf. le courrier commun du 4 août à Monsieur le Secrétaire général Antonio Guterres),
  • Madame Elisabeth LAURIN, auprès du Haut Commissariat aux Réfugiés (cf. le courrier commun du 4 août à Monsieur le Haut-Commissaire Filippo Grandi)
  • Madame Delphine BORIONE, auprès de la FAO (cf. le courrier commun du 4 août à Monsieur le Directeur Général José Da Silva)

Nous vous remercions de nous en donner quitus dès que possible, en nous indiquant également les modalités exactes de la procédure à utiliser, si nous n’avons pas su la respecter.

2. Pareillement, pour la réalisation de la TRANS-EUROPA, nous sollicitons une convention partenaire avec l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (cf. le courrier du 2 juillet à Madame Béatrice Angrand et à Markus Ingenlath). Cet établissement étant géré à 50 % par la France et par l’Allemagne, nous vous serions reconnaissants de nous favoriser de votre accord auprès d’eux.

Vous aurez noté que la 1ere étape de la TRANS-EUROPA (Paris – Aix-la-Chapelle) concerne la France, la Belgique, l’Allemagne et une toute petite partie des Pays-Bas pour effectuer les 80 km de “la Ronde rhénane pour l’économie solidaire” (Liège – Maastricht – Aix-la-Chapelle), soit 4 pays européens traversés. Nous serons donc amenés à travailler avec les ambassades ou consulats de la France en Belgique, au Pays-bas et en Allemagne. Il nous serait agréable que vous puissiez les informer et nous rapprocher d’eux.

3. Tout autant, pour la réalisation de la CIRCUM-MEDITERRANEA, avec l’UPM, nous sollicitons une convention partenaire avec la Fondation européenne pour la Méditerranée Anna Lindh (cf. le courrier du 2 juillet à Madame Élisabeth Guigou). Au-delà des 4000 associations que rassemble la FAL, la France fait également partie des 43 pays participants, aussi nous vous remercions de savoir nous appuyer au mieux auprès du diplomate qui nous représente auprès de cette grande Fondation. 2 Vous aurez aussi remarqué que les deux 1ères étapes de la CIRCUM-MEDITERRANEA, soit vers le Maghreb, d’une part (Marseille – Barcelone) et, d’autre part, vers la Grèce, (Marseille – Gênes) concerne dans un premier temps, l’Espagne et l’Italie, soit 2 autres pays européens.

Avec six pays européens concernés pour commencer, nous vous sollicitons de nous nommer un référent avec lequel nous pourrions rentrer en contact et commencer à collaborer.

Comptant sur vous, comme de nous tenir informés Recevez, Madame et Monsieur les Ministres, nos meilleurs sentiments et solidaires

Gabriel DELICOURT
Président du Marathon JOB-EUROPA
Président du Pôle Territorial de Coopération Économique en Vals de Saintonge

 

N.B.1 : Pour cette demande de collaboration, même si les préparations prendront le temps requis, s’agissant de différentes autres formes de «tsunamis » ravageurs sur lesquels nous souhaitons intervenir, nous vous rappelons votre CCS : « Le Centre de Crise et de Soutien participe activement à la réflexion sur la politique humanitaire française, notamment sur des thèmes tels que le dialogue avec les institutions multilatérales, le financement et la réforme de l’action humanitaire, la prévention des risques de catastrophes, ou encore la coordination civilo-militaire dans l’action humanitaire. Il participe à l’élaboration de la stratégie humanitaire de la France en concertation avec des représentants du monde associatif et des administrations partenaires du ministère des Affaires étrangères ».

N.B.2 : Un exemple, parmi divers autres connus de cette « boîte de pandore » qui fausse la concurrence, détruit nos entreprises, ruine nos territoires ruraux et détourne les citoyens de l’Europe qui n’est plus protectrice de leurs emplois : la Roumanie ! Nous ne parlons même pas de la corruption, cet autre fléau qui gangrène ce grand pays européen nouvellement accueilli, contre lequel le peuple roumain ne cesse de manifester à Bucarest … mais des salaires pratiqués dans les usines textiles vers lesquelles courent toutes les grandes marques : 300 € brut /mois, soit un salaire net de 250 € pour des ouvrières soumises. Pas de syndicats pour ces travailleuses pauvres qui font tous les jours 2 heures de car pour s’extraire de leur campagne … reportages visibles en replay sur la chaîne ARTE. Non, nous ne sommes pas au Bangladesh ! Que fait l’UE (chapitre II, article 15) ? … comment admettre de tels écarts de salaires qui ruinent nos économies par effet papillon ? … jusqu’où iront cette descente aux enfers et l’aveuglement de ceux qui laissent faire ?

N.B.3 : Cette Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, dénommée « Nos valeurs communes », a réuni pour la première fois autour de six grands chapitres, l’ensemble des droits politiques et sociaux dans l’Union : Dignité … Libertés … Égalité … Solidarité … Citoyenneté … Justice. Cette précieuse charte devrait être enseignée dans toutes les écoles de l’union européenne pour souder ses citoyens.

N.B.4 : Autre exemple, parmi des légions, de cette barbarie insupportable qui a régné en Irak et en Syrie avec la déstabilisation du Moyen-Orient par les faucons américains de l’équipe au pouvoir, la création de Daesh et la négation des « Droits de l’homme », pendant toute cette horrible période pour ses malheureux habitants. Aujourd’hui se font les comptes. Les familles souhaitent légitimement reconnaître et enterrer leurs morts. Des équipes spécialisées rouvrent des quantités de charniers pour identifier les cadavres avec des test ADN, et l’horreur continue. Ce sont des centaines qui attendent leur tour dans des sacs, sur des étagères .. estimations 300 000 à 1 million de disparus (oui, vous lisez bien). Certes, des dizaines de personnes ont du travail pour plusieurs années et nous n’avions pas besoin de ces révélations pour comprendre les vagues migratoires de ceux qui ont pu s’enfuir … mais de là a donné aujourd’hui la parole aux avocats français qui font leur business en défendant les jihadistes français pour leur assurer des procès en France, au nom des Droits de l’Homme, justement !!!

 

 

Quand on a compris quelque chose, est-ce bien utile de l’expliquer aux autres ?

Jacques Brel

image_pdfImprimer

De Gabriel Delicourt

Courrier à l’attention de

Contacter Gabriel Deliourt
tél : 06 42 82 27 10

Consultez les archives